Assawra

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Syrie > Paris interdit le survol de son territoire à la délégation syrienne

Paris interdit le survol de son territoire à la délégation syrienne

lundi 20 janvier 2014, par La Rédaction

La Syrie a affirmé lundi que les autorités françaises avaient interdit le survol de leur territoire à l’avion devant transporter mardi sa délégation à la Conférence de paix de Genève II, selon une source officielle à Damas.
"La France a refusé à l’avion qui devait transporter mardi notre délégation de traverser son espace aérien, ce qui prouve qu’elle fait tout son possible pour faire échouer la Conférence de Genève", a affirmé à l’AFP un haut responsable au ministère syrien des Affaires étrangères. La Conférence doit s’ouvrir à Montreux mercredi en présence d’une trentaine de pays, puis la réunion se déplacera à Genève où la délégation gouvernementale et celle de l’opposition se réuniront sous la présidence du négociateur international Lakhdar Brahimi.
"Les autorités syriennes examinent toutes les possibilités pour que leur délégation arrive à temps en Suisse", a ajouté cette source. Plusieurs responsables syriens et des compagnies ont été soumis à des sanctions européennes depuis le début du conflit en Syrie en mars 2011.

**

باريس تنفي منع تحليق طائرة الوفد السوري في أجوائها
نفت باريس معلومات أفادت بأنها منعت الطائرة التي تقل الوفد السوري المتجه إلى سويسرا للمشاركة في مؤتمر "جنيف 2" من عبور أجوائها، مؤكدة أن الإذن بالتحليق يفترض أن يصدر، بعد ظهر اليوم.
ونقلت وكالة "فرانس برس" عن الخارجية الفرنسية تأكيدها أنه "يجري حالياً درس الطلب وسيتم إطلاعهم على الموافقة بعد الظهر".
وأفاد مصدر ديبلوماسي بأن طلب عبور الأجواء الفرنسية لم يصل إلا في نهاية الأسبوع الماضي، وبأن مهلة نظر الإدارة الفرنسية في المعاملة، طبيعية.

وكانت قد تواردت أنباء عن أن الخارجية الفرنسية رفضت منح الطائرة التي من المفترض أن تقل الوفد السوري الثلاثاء، الإذن لعبور أجوائها.
(أ ف ب)

**

L’Iran ira à Genève II mais refuse les conditions préalables
L’Iran, principal allié régional du régime syrien, a annoncé lundi sa participation à la conférence de paix sur la Syrie dite Genève II, tout en refusant la condition préalable d’accepter la création d’un gouvernement de transition. "Sur la base de l’invitation officielle (du secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon), l’Iran participera à cette conférence sans condition préalable", a déclaré la porte-parole de la diplomatie, Marzieh Afkham, citée par l’agence officielle Irna. L’Iran s’est engagé à jouer "un rôle positif et constructif" pour mettre fin au conflit syrien, a affirmé dimanche Ban Ki-moon en annonçant son invitation à Téhéran.
Mais Washington, Paris et Londres ont martelé lundi que, pour pouvoir participer à Genève II à partir de mercredi, Téhéran devait accepter le communiqué adopté à Genève le 30 juin 2012 appelant à un gouvernement de transition en Syrie. Pour la Russie, autre allié de Damas, l’absence de l’Iran à la conférence serait une "erreur impardonnable". Et l’opposition syrienne a menacé de se retirer de la conférence si l’invitation à l’Iran était maintenue.
"Les accords précédents qui étaient en ligne avec les intérêts des pouvoirs étrangers et des (groupes) réactionnaires dans la région ne peuvent pas être la base des prochaines négociations, et la décision du peuple syrien sera déterminante", a pour sa part affirmé lundi le général Massoud Jazayeri, l’adjoint du chef d’état-major des forces armées iraniennes.

**

Nucléaire iranien : l’accord de Genève est entré en application
L’Iran a gelé lundi une partie de ses activités nucléaires pour six mois, en échange d’une levée partielle des sanctions qui frappent son économie, première étape vers la négociation d’un compromis global sur le programme controversé de Téhéran.
La suspension du programme d’enrichissement d’uranium à 20%, mesure phare de l’accord conclu à Genève en novembre entre Téhéran et les grandes puissances, a débuté à la mi-journée en présence des inspecteurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), chargée de faire un rapport sur les opérations.
Le pas est mesuré, mais l’objectif final est ambitieux : mettre fin à dix années de bras de fer entre l’Iran et les grandes puissances à propos du programme nucléaire de Téhéran. Même si le chemin à parcourir durant les six prochains mois est semé de nombreux écueils, alors que les discussions sur un accord global sont limitées à un an.
"L’Iran a suspendu la production d’uranium enrichi à 20% (...) sur les sites (d’enrichissement) de Natanz et Fordo", a déclaré Mohammad Amiri, directeur général chargé des garanties au sein de l’Organisation iranienne de l’énergie nucléaire, cité par l’agence officielle Irna.
"Le processus de dilution et de transformation du stock de 196 kg d’uranium à 20% en oxyde a également commencé", a-t-il ajouté.
Dans un rapport vu par l’AFP, l’agence onusienne basée à Vienne confirme que l’Iran a cessé d’enrichir l’uranium au delà de 5%, a commencé la conversion de son stock à 20% et a stoppé ses activités à Natanz, Fordo et sur le réacteur à eau lourde en construction à Arak. "Tout est en ordre, toutes les exigences ont été remplies", a indiqué un diplomate à l’AFP. "C’est prometteur mais il reste encore beaucoup à faire" durant six mois, a nuancé un autre.
La porte-parole du Département d’Etat américain, Marie Arf, n’a pas commenté cette première mesure iranienne, affirmant que "les Etats-Unis, nos partenaires du 5+1 (Chine, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne) et l’Union européenne sont en train d’étudier le rapport" de l’AIEA.

(20-01-2014 - Avec les agences de presse)

« Liberté pour A’bdelaziz Khayyer
et tous les détenus d’opinion Syriens »

<FONT color=#ff0000
face=Arial>Accès à la vidéo (en arabe) :
www.Assawra.Info/aziz1.htm

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion "Assawra"
faites la demande à l’adresse : Assawra1-subscribe@yahoogroupes.fr

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href=http://www.Assawra.Info/spip.php?article10>http://www.Assawra.Info/spip.php?article10